|

La spiruline du Berry

À la découverte de la spiruline du Berry

3 Bassins de productions sur 1500 m² avec une eau à 40° pour produire cette micro algue

Depuis quelques années, Marie-Caroline Berton et Baptiste Lamelot exploitent et commercialisent une micro-algue 100% Berrichonne : La Spiruline.
Présentée sous différentes formes, elle peut être un complément alimentaire source de fer, d’anti-oxydants, de protéines et de vitamines. Nous avions convié nos adhérents à venir découvrir cette activité lors d’une visite guidée (payante) au sein même de l’outil de production de ces horticulteurs.

La spiruline, présentée sous forme de pâte, est transformée en fins cordons puis en gélules.

Il nous a été présenté une spiruline produite en paillette de qualité respectant la charte de la fédération des spiruliniers de France.
Malo, le stagiaire école, nous a renseigné sur cette production inconnue pour la plupart d’entre nous. Techniques de mise en œuvre, récolte, analyses de contrôle tout au long du process pour la parfaite maîtrise des applications, mises en conditionnement sans oublier la partie commerciale.

Un public attentif aux explications de Malo , juste avant la dégustation de spiruline !

À la fin de la matinée, certains d’entre nous en ont fait la dégustation avec des degrés de satisfactions divers. C’est vrai que goûter cette spiruline sous forme de purée à 10h le matin, il fallait un peu de courage ! Heureusement, elle était présentée aussi avec du chocolat et là, les amateurs étaient plus nombreux. Nous vous avions annoncé une visite découverte et c’est cela le rôle de la SHC !!

Mais au fait, qu’est-ce que la spiruline ??

Elle est souvent décrite comme une algue microscopique. En réalité, c’est une cyanobactérie, une bactérie réalisant la photosynthèse. Elle se présente sous la forme de filaments microscopiques enroulés en spirale, d’où son nom. Malo, le jeune stagiaire école de l’entreprise, nous explique que la spiruline, pour se développer, a besoin de chaleur, de lumière, d’une eau saumâtre (salée, mais pas autant que l’eau de mer) et alcaline (pH entre 9 et 11), de carbone, d’azote et de sels minéraux…. Un vrai cours de chimie ! Elle se cultive sous serres dans des bassins peu profonds, brassés en permanence, car si elle a besoin de lumière, elle ne résiste pas à une exposition prolongée au soleil. Quand l’eau est suffisamment verte. Il faut d’abord la filtrer et arrêter les agitateurs afin que la spiruline remonte à la surface . Ensuite, le liquide est pressé pour aboutir à une sorte de pâte à modeler d’un vert intense…. Qui tache… Mais qui se lave facilement à l’eau. Dans les 3 bassins présents sous 1500 m² de tunnels, Malo nous explique que 15 kg de spiruline sont régulièrement extraits pour une production annuelle d’environ 500 kg, étalée de mai à septembre. Pour la prolonger, la ferme va produire de l’électricité grâce à la méthanisation de déchets agricoles.

L’étape suivante sera de la sécher à basse température puis de la découper en spaghetti avant d’aboutir à des petites paillettes qui seront ensachées et que l’on trouve dans le commerce. La demande est assez importante chez les sportifs, mais aussi pour lutter contre la dénutrition des personnes âgées. Elle contient plus de protéines (65 % à 92 % de protéines digestes), de fer, de bêta-carotène, de vitamine B12, d’acide gamma-linolénique (chef de file des Omégas 6) qu’aucun autre aliment animal ou végétal connu. Il suffit de 3 à 5 grammes de spiruline par jour pour renforcer son apport en protéines. C’est ce qu’on appelle un superaliment, car c’est un complément très riche qui contient presque tout à l’exception de vitamine C et d’anti-oxydant et qui présente de grands avantages pour l’alimentation humaine et animale. Il intéresse également l’industrie cosmétique et pharmaceutique…..tout un programme !

Et puis, est venu le moment de la dégustation ! Bon , il est vrai que goûter de la spiruline en pâte fraîche tout juste sortie des bassins … à 10h le matin, pour celui qui ne connaît pas, ça peut surprendre…. Mais il faut savoir qu’elle se décline sous de nombreuses formes. En brindilles à saupoudrer sur un yaourt, compote, salade de fruit, soupe ou poison grillé. En poudre pour vos jus de fruits, milk-shakes ou tartines apéro, en comprimés pour la simplicité… Et même sous forme de tablettes de chocolat fabriquées par un industriel local. La commercialisation de tous ces produits est assurée sur site, mais aussi au travers d’un réseau de distributeurs partenaires.

Nous ne pouvions pas quitter cette visite sans de nombreuses recettes à essayer chez nous pour épater nos amis. En voici une toute simple qui fera sensation:Jus de pêche orange et spiruline.

Prendre 1 pêche bien juteuse, 2 oranges à jus, 1/citron jaune, 1 c à café de spiruline. Presser le citron et le mélanger en premier à la spiruline, ajouter les 2 jus d’orange pressés, mixer le tout avec la pêche et servir très frais !!

Encore un grand merci à Malo pour toutes ses explications et sa gentillesse avec le groupe et tous nos souhaits de réussite à cette jeune entreprise 100% Berrichonne !

A lire également